fbpx

🛑 Gestion du stop-loss : comment dĂ©finir et optimiser votre stop-loss en 2024

Stop-Loss Management

Last Updated on 24 December 2023 by Marc Munier

La gestion du stop-loss est un aspect essentiel d’un trading réussi. Cela aide non seulement à atténuer les risques et à protéger vos investissements, mais vous permet également de rester concentré sur votre stratégie de trading, plutôt que de vous soucier constamment des pertes potentielles. Cet article fournira une compréhension approfondie des stop-loss, comment les définir efficacement et des conseils pour les gérer dans divers scénarios de marché.

Qu’est-ce qu’un stop-loss ?

Un stop-loss est un ordre passé auprès d’un courtier pour vendre un titre lorsqu’il atteint un prix spécifique. Il est conçu pour limiter les pertes potentielles d’un trader sur une transaction, aidant ainsi à gérer les risques. Essentiellement, un stop-loss agit comme un filet de sécurité, empêchant de nouvelles pertes si le marché évolue à l’encontre de votre position. Cela peut être particulièrement utile sur des marchés volatils, où des fluctuations soudaines des prix peuvent rapidement entraîner des pertes importantes.

Définir des stop-loss

Déterminez votre tolérance au risque : La première étape dans la définition d’un stop-loss consiste à déterminer votre tolérance au risque. Il s’agit du montant maximum que vous êtes prêt à perdre sur une seule transaction. Une ligne directrice courante consiste à ne pas risquer plus de 1 à 2 % de votre capital commercial total sur une seule position. Cela garantit que même si vous subissez une série de pertes, votre capital global reste relativement intact.

Calculez le niveau stop-loss approprié : Une fois que vous avez déterminé votre tolérance au risque, vous devez calculer le niveau stop-loss approprié pour chaque transaction. Une méthode courante consiste à utiliser un stop-loss basé sur un pourcentage. Par exemple, vous pouvez définir un stop-loss 1 à 2 % en dessous du prix actuel du marché pour une position longue ou 1 à 2 % au-dessus du prix du marché pour une position courte.

Vous pouvez également utiliser l’analyse technique pour définir votre stop-loss. Cela implique d’identifier les principaux niveaux de support et de résistance ou les modèles graphiques et de placer votre stop-loss juste en dessous (pour les positions longues) ou au-dessus (pour les positions courtes) de ces niveaux. Cette approche vous permet d’adapter votre stop-loss aux conditions spécifiques du marché et à l’actif négocié.

Choisissez le bon type d’ordre : Lorsque vous passez un ordre stop-loss, vous disposez de deux options principales : un ordre stop market ou un ordre stop-limit. Un ordre stop au marché exécutera la transaction au meilleur prix disponible une fois le niveau stop-loss atteint, tandis qu’un ordre stop-limit ne sera exécuté que si le prix atteint la limite spécifiée. Les ordres stop market garantissent l’exécution mais peuvent entraîner un dérapage, tandis que les ordres stop-limit offrent plus de contrôle sur le prix d’exécution mais peuvent ne pas être exécutés si le marché évolue trop rapidement.

Gestion du Stop-Loss

Ne réglez pas votre stop-loss trop serré

Fixer votre stop-loss trop près de votre prix d’entrée peut entraîner l’arrêt prématuré de la transaction, même si le marché finit par évoluer en votre faveur. Pour éviter cela, assurez-vous que votre stop-loss permet les fluctuations normales du marché, en tenant compte de facteurs tels que la volatilité de l’actif et l’historique récent des prix.

Révisez et ajustez régulièrement votre stop-loss

À mesure que le marché évolue et que votre position évolue en votre faveur, il est important de revoir et d’ajuster régulièrement votre niveau de stop-loss. Cela peut aider à sécuriser les bénéfices et à réduire davantage les risques. Une approche consiste à utiliser un stop loss suiveur automatique, qui ajuste automatiquement votre niveau de stop-loss à mesure que le marché évolue en votre faveur, en maintenant une distance fixe par rapport au prix actuel.

Ne laissez pas les émotions dicter votre gestion du stop-loss

Le trading peut être une activité émotionnelle, et il est important de ne pas laisser les émotions guider votre prise de décision lorsqu’il s’agit de gérer les pertes. Respectez votre tolérance au risque et votre plan de trading prédéterminés, et évitez la tentation de déplacer votre stop-loss dans le feu de l’action, car cela peut entraîner des pertes plus importantes et nuire à votre stratégie globale.

gestion du stop-loss

Faites attention aux gaps de marché

Dans certaines conditions de marché, comme pendant les périodes de forte volatilité ou lorsqu’il y a un événement d’actualité important, les prix peuvent « sauter » entre les séances de négociation ou même au cours de la journée de négociation. Cela signifie que le prix d’un actif peut soudainement passer d’un niveau à un autre sans s’échanger à des niveaux intermédiaires. Dans de telles situations, les ordres stop-loss peuvent ne pas être exécutés au prix exact que vous avez fixé. Soyez conscient de cette possibilité et envisagez d’utiliser des ordres stop-limit ou de placer des ordres stop-loss plus éloignés du prix actuel pour tenir compte des écarts potentiels.

Utiliser les stop-loss en conjonction avec d’autres outils de gestion des risques

Bien que les stop-loss soient un élément essentiel de toute stratégie de gestion des risques, ils ne doivent pas être utilisés isolément. La combinaison des stop-loss avec d’autres outils de gestion des risques, tels que la taille des positions, la diversification et l’évaluation des risques du portefeuille, peut vous aider à adopter une approche plus globale de la gestion des risques dans vos activités de trading.

Apprenez de vos expériences

Au fur et à mesure que vous acquérez de l’expérience dans le trading, prenez le temps d’analyser et d’apprendre de vos placements stop-loss. Étaient-ils efficaces pour limiter vos pertes et protéger votre capital ? Ont-ils permis des fluctuations de marché suffisantes, ou étaient-ils trop serrés ? En affinant continuellement votre approche de gestion du stop-loss, vous pouvez améliorer vos performances globales de trading et vos capacités de gestion des risques.

Stratégies utilisées pour mettre en œuvre un stop loss

Diverses stratégies peuvent être utilisées pour mettre en œuvre un stop-loss dans le trading. Une approche courante est la méthode du « stop fixe », dans laquelle un trader fixe un montant de risque prédéterminé pour chaque transaction. Par exemple, s’ils sont prêts à risquer 200 $ sur un investissement de 10 000 $, ils fixeront le stop-loss à un prix qui entraînera une perte de 200 $.

Une autre stratégie est le « trailing stop » qui s’ajuste automatiquement au prix du marché. Cette méthode bloque les bénéfices en déplaçant le niveau stop-loss à mesure que le prix du marché augmente. L’analyse technique peut également être utilisée, en fixant des points stop-loss à des niveaux de support ou de résistance clés sur un graphique des prix.

Alternativement, certains traders utilisent des stop-loss de volatilité, qui prennent en compte la volatilité du marché et la tolérance au risque pour fixer les niveaux de stop-loss. De plus, les time stop-loss sont utilisés pour quitter les transactions à des moments précis, par exemple à la clôture du marché ou après un certain nombre de jours. La mise en œuvre d’une stratégie stop-loss efficace dépend de divers facteurs, notamment de la tolérance au risque du trader, de la taille de son investissement, de son style de trading et des conditions du marché.

Confidence #1 – Le marché bouge !

Pour savoir comment gérer son stop-loss, rien de plus simple.

Tout d’abord, quelque soit le prix de l’actif à un instant donné, vous pouvez gagner en achetant ou en vendant, tout dépend de votre horizon de temps. Dans l’absolu, en prenant un horizon de temps suffisamment long, le prix sera parfois au-dessus, parfois en dessous du niveau d’entrée.

C’est pourquoi dans l’absolu un stop loss ne sert donc à rien, sinon à vous assurer de perdre de l’argent. Dans la pratique bien sûr c’est différent. Il est raisonnable d’avoir un stop sur chaque position séparément et un stop sur le portefeuille global. Afin de nous laisser le temps d’être profitable nous allons jouer sur le volume.

Confidence #2 – Tout est dans le volume

Ensuite, ce qu’on apprend dans les classes prépas et même avant c’est de raisonner en termes de limites… Que fera cette fonction si telle ou telle variable tend vers l’infini ou vers 0 ? A priori ça ne sert pas à grand chose en trading.

En prenant l’exemple précédent d’un horizon de temps suffisamment long, il est facile d’imaginer qu’en prenant une position suffisamment petite en volume, en taille, on puisse encaisser la volatilité du marché sans arrêt cardiaque. Imaginez une position infiniment petite…

Dans ce cas on ne se soucierait absolument pas de la volatilité du marché, de sa direction, et on attendrait patiemment que le trade soit gagnant. Plus la taille de votre compte augmente (votre capital), plus vous pourrez vous permettre de mettre du volume sur vos positions, tout en restant conservateur.

Donc vous pouvez garder une exposition constante (en pourcentage) en augmentant les tailles de trades, puisque votre compte s’agrandit. A l’inverse, si vous perdez et que par conséquent votre capital se réduit, il faudra réduire également le volume de vos trades.

Confidence #3 – Vous n’êtes pas le maître

Ce n’est pas à vous de décider où positionner votre stop. Laissez le marché vous le dire. Laissez la volatilité vous le dire. Placez votre stop en fonction de l’horizon de temps et de la volatilité.

Seulement après définissez le volume (c’est-à-dire l’exposition) qui vous permettra de rester dans les limites de votre risk management… Me faites pas peur, vous avez défini ces limites à l’avance n’est-ce pas ? Si la volatilité historique hebdomadaire de votre actif est de 5%, mettre un stop à 3% n’a pas de sens, à moins de faire du day-trading.

A NE PAS FAIRE : je veux acheter un lot de CAC40, où dois-je mettre mon stop?

A FAIRE : Si je veux acheter du CAC40, quel volume maximum dois-je engager afin qu’au pire (stop loss touché) je perde x% de mon compte, et sur quel horizon de temps minimum dois-je envisager de garder la position afin d’avoir une chance d’être profitable. Pour ce faire, analysez la volatilité historique.

Confidence #4 – Et les graphiques dans tout ça ?

Pour les amoureux (pour ne pas dire autre chose) des supports, résistances et autres “breakout” de figures graphiques, établissez d’abord le niveau auquel vous voulez mettre le stop. Déduisez-en le volume à mettre sur le trade afin de rester dans les limites de votre money management.

Ensuite, le problème avec l’analyse technique c’est qu’il n’y a pas de valeurs exactes. Vous mettrez visuellement votre stop sur le graphique, “un peu au-dessus ou en dessous” des gros niveaux… La question est de quantifier ce “un peu”. Vous avez par exemple un support à 50. Vous mettez votre stop à 48 ? 47 ? 45 ?

Confidence #5 – Il n’y a pas de solution miracle

J’aimerais vous donner une recette qui marche à tous les coups mais ça n’existe pas. Maintenant le seul conseil que je puisse vous donner: raisonnez en machine. L’autre conseil que je puisse vous donner: utilisez le stop traînant.

Technique non recommandée #1 – Mettre le stop “après”

Il vaut mieux le définir avant en effet…

Technique non recommandée #2 – Avoir un stop “mental”

Vous savez aussi bien que moi que vous ne le respecterez pas, alors soyez honnête avec vous-même et assumez de ne pas en avoir du tout… aka technique de l’espérance aveugle.

Technique non recommandée #3 – Déplacer son stop “quand ça va mal”

Alors une fois votre stop établi, ne vous torturez pas l’esprit, prenez votre perte et ne pleurnichez pas.

Conclusion

Gérer efficacement les stop-loss est une compétence cruciale pour tout trader. En comprenant les différents types d’ordres stop-loss, en définissant des niveaux appropriés en fonction de votre tolérance au risque et en examinant et en ajustant régulièrement vos niveaux stop-loss, vous pouvez minimiser les pertes et maximiser les profits potentiels. N’oubliez pas que la clé d’une gestion du stop-loss réussie est de rester discipliné et de respecter votre plan de trading, même face à la volatilité et aux émotions du marché. En affinant votre stratégie stop-loss et en la combinant avec d’autres outils de gestion des risques, vous serez sur la bonne voie pour devenir un trader plus confiant et plus performant.


FAQ

Quelle est la règle stop-loss de 6 % ?

La règle stop-loss de 6 % est un principe utilisé dans le trading, en particulier en bourse, où un trader fixe son ordre stop-loss à un prix 6 % inférieur à son point d’entrée.

Essentiellement, cette règle suggère que si la valeur des actions achetées diminue de 6 %, le trader vend automatiquement pour éviter de nouvelles pertes. Cette stratégie permet à un trader de limiter ses pertes potentielles sur n’importe quelle transaction individuelle, gérant ainsi son risque global. Le chiffre de 6 % n’est pas rigide et peut être ajusté en fonction de la tolérance au risque du trader, de la volatilité du marché et des caractéristiques spécifiques du titre négocié.

Cependant, le principe clé reste le même : il s’agit d’un mécanisme permettant de réduire automatiquement les pertes à un niveau prédéfini et d’éviter une spirale descendante avec un stock perdant. Comme toute stratégie de trading, la règle stop-loss de 6 % a ses avantages et ses inconvénients et doit être utilisée dans le cadre d’un plan de trading complet.

Quelle est la règle des 1% en day trading ?

La règle des 1 % dans le day trading est une stratégie de gestion des risques dans laquelle un trader décide de ne pas risquer plus de 1 % de son capital de trading total sur une seule transaction. Par exemple, si un trader dispose d’un capital commercial de 50 000 $, selon la règle des 1 %, il ne devrait pas risquer plus de 500 $ sur une seule transaction.

Cette règle est conçue pour protéger le capital d’un trader contre des pertes importantes. Pour mettre en œuvre cette règle, le trader définit un ordre stop-loss à un prix qui garantit qu’il ne perdra pas plus de 1 % de son capital total si la transaction va à son encontre. Cette stratégie prend en compte à la fois le nombre d’actions (ou de contrats, dans le cas des transactions à terme) et la volatilité du titre sous-jacent. La règle des 1 %, bien que simple dans son concept, nécessite de la discipline et peut aider les traders à gérer efficacement leurs risques et à rester dans le jeu du trading sur le long terme.

Comment un ordre stop-loss limite-t-il les pertes ?

Un ordre stop-loss est un type d’ordre conçu pour limiter la perte d’un investisseur sur une position sur un titre. Il s’agit d’un ordre automatique qui devient un ordre de vente au marché lorsqu’un prix spécifique, le « prix stop », est atteint. Une fois que le prix de marché de l’actif chute jusqu’au prix stop, l’ordre stop-loss est déclenché et l’actif est vendu au meilleur prix de marché disponible.

Par exemple, si un trader achète une action à 50 $ et définit un ordre stop-loss à 45 $, la perte du trader sera limitée à 10 % car l’ordre vendra automatiquement l’action si le prix tombe à 45 $ ou moins. Ce mécanisme permet aux traders de gérer leur risque en plafonnant les pertes potentielles.

Cependant, il est important de noter que les ordres stop-loss ne garantissent pas le prix de sortie, car dans un marché en baisse rapide, l’actif peut être vendu à un prix inférieur au prix stop. De plus, sur des marchés illiquides ou peu négociés, l’ordre stop-loss pourrait déclencher une vente à un prix nettement inférieur s’il n’y a pas d’acheteurs au niveau ou au-dessus du prix stop. Malgré ces limitations, les ordres stop-loss sont couramment utilisés car ils fournissent une méthode automatisée pour gérer le risque dans le trading.

Marc Munier

Leave a comment