Passer au contenu

Comment utiliser le RSI

On va parler de l’indicateur RSI qui veut dire « relative strength index », traduit comme indice de force relative, on va regarder tout de suite sur un graphique comment ça se présente, et à quoi ça sert.

On est sur tradingview.com où apparait un graphique du CAC40, on va aller sur indicateurs et cliquer sur RSI. On voit en bas un indicateur qui se rajoute avec des bornes 30, 70 et 50 au milieu, alors à quoi sert le RSI ? 

L’indicateur RSI sert à deux choses :

Premièrement à voir les zones de sur-achats et de surventes sur le graphique et deuxièmement à  savoir quand acheter ou vendre grâce à des signaux d’achats et de ventes. On va regarder un exemple simple, on verra par la suite le paramétrage de l’indicateur RSI vers la fin de la vidéo.

C’est très simple, vous voyez là, l’indicateur dépasse les 70, quand c’est le cas on est en zone de sur-achat. Quand on dépasse les 70, c’est intuitivement un bon point d’entrée si on veut vendre, et on peut voir que par la suite le prix a descendu.

Nous avons ici un autre point de sur-achat sur le RSI, on est donc dans un bon endroit pour vendre et on le voit aussi à ce niveau-là sur le CAC40, enfin là encore on trouve un bon pic pour vendre.

Par contre si on touche ces zones, les zones de 30 sur l’index du RSI on est dans des points de surventes, ce qui veut dire que le marché est trop vendu, et sur-achat veut dire que le marché est trop acheté, dans les deux cas on parle de surchauffe.

Donc ici par exemple sur le graphe on est en zone de 30 et un peu plus en dessous de 30, dans les 26 ou 27, ce qui équivaut a cette partie sur le CAC40, c‘est donc un bon moment pour acheter.

Les indicateurs de surchauffe de ventes et d’achats sont des bons points d’entrée pour acheter ou vendre.

On est sur un graphique paramétré sur du « weekly », soit hebdomadaire, comme vous pouvez le voir ça ne change pas énormément. Là on est sur du hebdomadaire depuis 2012 on voit de grosses zones d’achats et de ventes, mais on peut aussi se mettre sur du journalier, ou même sur 4 h, en procédant comme ça.

Actuellement j’ai réglé sur le schéma de 4h, et vous pouvez voir que sur mon graphique de RSI j’ai des zones de surventes, comme ici par exemple ou des zones de sur-achat ici, donc le système marche sur toutes les unités de temps.

Personnellement, Je préfère prendre des unités de temps comme celle d’un jour ou d’une semaine pour les gros mouvements.

On continue, et à ce point on peut voir qu’on n’atteint pas des zones de surchauffe de 70 sur le graphique RSI, comme ici, et pourtant sur le cac40 c’est une zone de vente le prix descend d’ailleurs après. Donc au final les zones 30 et 70 sont des indicateurs de sécurité,  pour être certains de bien être dans une zone de survente ou de sur-achat.

Cela dit, à partir de 65, on peut voir que ça peut être des zones de sur-achat, donc ce n’est pas une science exacte, à 30 ou 70 on est presque sûrs d’être dans des zones de surchauffe, mais ce n’est pas toujours le cas.

Ici vous pouvez voir toujours dans le même point qu’on est sur du 65, mais c’est pourtant bel et bien une zone de sur-achat, car le prix chute vraiment après.

Et là sur cette partie on est en zone 30, et en effet sur le graphique du CAC40 on voit bien que c’est une zone de survente et le prix rebondit mais il augmente vraiment très peu, puis il redescend, il arrive en zone de 30 ici, et rebondit encore pour remonter encore dans les 30.

Cet indicateur est très intéressant, mais encore une fois, comme tous les indicateurs et les analyses graphiques et techniques, il peut y avoir de faux signaux, voilà pourquoi, il faut faire très attention, et pourquoi je préfère consulter les graphiques avec des unités de temps larges, au minimum en journalier ou en hebdomadaire, car ça offre des zones assez claires de survente et de sur-achat.

En parlant de faux signaux, on a là une divergence, ce qui veut dire que le prix descend alors que l’indicateur de RSI augmente, donc voilà quand on est sur des unités de temps assez grandes, il est plus facile de détecter correctement les zones de survente et de sur-achat.

Sur le RSI il n’y pas que les zones de 30 et de 70 qui sont intéressantes, il y a aussi la zone de 50. Alors comment va-t-on utiliser cette zone ?

La zone 50 va être une zone de support, comme on peut le voir ici, où le RSI est constamment entre 50 et 70, ce qui se voit sur cette zone du graphique, le prix est constamment en augmentation.

Mais la zone 50 sert aussi de résistance quand le marché est baissier, on dit que si le RSI croise à la baisse la zone des 50, c’est un signal de vente, comme vous pouvez le voir ici par exemple.

Donc là on est sur du 50 mais le graphique croise la zone à la baisse, ce qui normalement équivaut un signal de vente, mais sur le graphique du CAC40 on se rend vite compte que c’est un faux signal puisque le prix est à la hausse.

Sur cet endroit de l’indicateur RSI ça croise encore à la baisse, ce qui en théorie nous signale un point de vente, et effectivement sur le graphique si on avait vendu on aurait fait des bénéfices, mais vraiment peu.

Ainsi au final cette zone des 50 peut servir à détecter des signaux de vente ou d’achat, comme ici on peut voir que le RSI croise la zone des 50 à la hausse, ce qui en théorie voudrait dire qu’on est dans une zone d’achat, ça correspond à ce point sur le graphique des prix, alors oui en effet on peut acheter, mais vous voyez que très vite après on remonte dans la zone de vente.

Il faut donc faire très attention avec ces indicateurs, car même dans une zone claire de sur-achat, on n’est pas sûrs que ça redescende et ça peut stagner des mois dans la même zone.

On va voir maintenant un autre graphique, j’étais sur le CAC40 je vais passer sur l’eurodollar, et mettre le graphique ici,  on voit ici clairement une zone assez grande de survente, seulement elle dure de juillet 2014 à mai 2015.

On voit bien que le RSI est dans la zone du 30 ce qui en théorie vous dirait que vous êtes en survente, seulement sur le graphique de l’eurodollar, on voit bien que le prix est lui assez haut, et qu’il descend drastiquement alors qu’on est pendant tout ce temps en zone de survente d’après le RSI.

Donc si vous aviez acheté à ce moment-là en vous fiant du RSI, vous auriez perdu beaucoup d’argent puisque le prix ne fait que descendre durant les mois qui suivent.

Comme je vous l’ai dit, ces exceptions concernent tous les indicateurs pas que le RSI, voilà pourquoi je trouve l’analyse technique particulièrement difficile sur le long terme, car des fois ça marche et d’autres fois ça marche beaucoup moins bien.

Continuons, donc ici nous avons ici un indicateur de sur-achat, alors la question à se poser est : serait-ce bien de vendre maintenait ou d’attendre de voir si le prix continue de grimper ?

Voilà où la zone de 50 peut être utile, c’est-à-dire revenons ici à cette zone, pour confirmer que c’est bien une zone de survente, au lieu d’acheter à ce niveau-là, on va attendre que le RSI remonte au niveau des 50 pour acheter, ça va nous confirmer qu’on est bien dans une cadence d’achats.

En faisant ça, on n’aurait pas acheté au niveau de cette zone de survente, on aurait attendu et dès que le RSI commence à augmenter vers les 50, concrètement à ce niveau il ne dépasse pas, il redescend puis remonte et ce n’est qu’à ce niveau-là qu’on devrait acheter, ni en zone de survente ici, ni là sur le graphique, mais bien quand le RSI croise les 50 ici.

Alors cette technique du 30, 50 ,70 est très théorique, et il y a plusieurs faux signaux, elle peut aussi stagner longtemps dans une zone de surchauffe, donc le RSI est intéressant mais il n’est pas infaillible, il faut l’utiliser en conjonction avec d’autres indicateurs qu’on verra dans d’autres vidéos.

Le dernier point que je voulais vous montrer par rapport au RSI, ce sont les paramètres, alors là il est normalement configuré sur les indices 30 et 70, mais on peut être plus souple, en mettant du 65 et du 35, et dès que ça va au-delà de ces chiffres on peut être en zone de survente ou de sur-achat.

Je vais rebasculer sur « daily » pour mieux voir le graphique, alors on peut tout aussi bien être très strict sur les valeurs de surchauffe, en introduisant du 75 et du 25, vous allez élargir donc le spectre, et vous allez être plus sûr d’être en surchauffe quand le RSI descend sous les 25 ou qu’il dépasse les 75.

Donc là, on est sous 25, et on a beaucoup plus de chance d’être dans une zone de survente qu’avec un indicateur 30.

Si je bouge sur le graphique pour chercher d’autre moment où le RSI franchit le cap des 25 à  la baisse, je n’en trouverais pas beaucoup, c’est le risque avec cette méthode, quoique là, on ait une petite zone de sur-achat.

Avec du 25 et du 75, ca vous permettra d’éliminer certains faux signaux,  mais en même temps le RSI ne touchera pas très souvent ces niveaux-là.

Je remets sur 30 et 70, et en général je vous conseille de laisser le paramétrage par défaut, car il est pensé pour être utiliser par tout le monde.

Un autre paramètre du RSI que vous pouvez modifier, c’est la période, ici on a du « 14 close », ce qui veut dire qu’entre chaque point du graphique du RSI il y a 14 périodes pour le calcul de l’indice, vous pouvez donc élargir le nombre de périodes si vous ne voulez pas avoir beaucoup d’oscillations sur le graphique.

On va mettre par exemple du 30 et vous pouvez remarquer qu’il y a nettement moins d’oscillations, c’est beaucoup plus plat.

On peut aussi appliquer les périodes non seulement au « close » c’est-à-dire à la fermeture des périodes, mais vous pouvez sélectionner sur cette liste, à l’ouverture ou vers le plus haut et le plus bas, mais ça, ça n’a pas vraiment d’intérêt et il vaut mieux laisser le paramètre sur close.

Je vous conseille de laisser sur 14 la période aussi, et de jouer plutôt sur l’unité de temps du graphique, sur quotidien, hebdomadaire, 4h etc. mais le choix reste entièrement vôtre.