Tag Archives

5 Articles
Top 10 des outils trading

Top 10 des outils trading

by mmunier 0 Comments

Certains outils de trading sont nécessaires. D’autres superflus. Certains sont payants, d’autres non. Il est facile de trouver un outil trading gratuit quelque soit le thème, l’analyse souhaitée. Pas besoin de robots, pas besoin de logiciel trading bourse… Voici donc les outils trading indispensables à tout trader qui se respecte.

 

#1 – Connexion internet

island

C’est peut-être bête à dire mais si vous décidez d’aller en vacances en montagne, sur une île déserte ou autre, soyez conscient qu’une connexion internet peut être une denrée rare dans certains endroits.

 

#2 – Excel

 

excel2

Instrument sous-estimé et rarement utilisé par les traders indépendants et pourtant… c’est avec cet outil que vous pouvez analyser et élaborer des stratégies, gérer le risque, pas avec des graphiques! Il sert également à analyser vos transactions, en téléchargeant par exemple l’historique de trades depuis votre courtier, afin d’identifier ses forces et faiblesses.

 

#3 – Plateformes trading

En général chaque courtier à sa propre plateforme de trading, pour gérer les positions, entrer/sortir, faire de l’analyse technique sur graphique, etc. Ils proposent souvent plusieurs accès: accès online en “webtrader”, par un logiciel “desktop” installé sur votre PC/Mac, sur mobile…

mt4 outils trading

Vous avez aussi l’incontournable MetaTrader4, proposé également par bon nombre de courtiers.

Evitez les plateformes compliquées avec cent milliards de boutons et d’options.

Appliquez la méthode KISS: Keep It Simple Stupid.

#4 – Broker/courtier

En avoir au moins deux ou trois afin de pouvoir les comparer, traiter tous les produits dont vous avez besoin (tous les courtiers n’ont pas tous les produits), étaler le risque un minimum, les tester en termes de retrait d’argent (pour déposer l’argent il n’y a absolument aucun soucis!). Forex, futures, CFDs, régions, actions, secteurs, matières premières, options, ETFs… rares sont les courtiers qui proposent tout.

En revanche, il n’est pas recommandé de trop s’éparpiller, ni en termes de courtiers – trois suffisent – ni en termes de produits et sous-jacents: se concentrer sur des choses simples, que l’on comprend le mieux.

Lire cet article afin de savoir comment choisir un courtier.

#5 – Plateforme mobile

mobile outils trading

En cas d’urgence, pour trader en vadrouille, vérifier ses positions.
Cela paraît le minimum de nos jours, mais toujours bien vérifier l’accès mobile (iPhone/Android/…) de ses courtiers et des plateformes utilisées, ainsi que la facilité d’ouvrir et de fermer des positions. Vérifier aussi la possibilité de faire des dépôts et des retraits à partir d’un mobile.

#6 – Sources d’information économique

Entendons-nous bien: EXIT les chaînes d’infos soi-disant économiques et financières type BFM Business, Les Echos, etc. qui nous abreuvent de commentaires strictement inutiles. Ces sources-là nous renseignent sur le passé. Méfiez-vous également des commentaires en direct d’experts qui en 2min sont supposés nous expliquer la vie et le pourquoi du comment de la bourse!

Non… Je parle de sources sérieuses, d’organismes indépendants, qui nous donnent des indicateurs macroéconomiques, des chiffres. Markit par exemple, mais ils sont nombreux. A partir de ceux-ci il est possible de tirer des tendances qui nous servent à élaborer des stratégies.

Autre élément: le calendrier de publications économiques. Il est surtout utilisé, à tort, pour le timing, le trading court-terme ou le trading de news (que personnellement je déconseille vivement). Les calendriers sont intéressants cependant afin de suivre globalement différents indicateurs macroéconomiques. Ce ne sont pas les données en soi mais bien les tendances qui nous aident à prendre des décisions.

#7 – Sélectionneur de titres

screener outils trading

Afin de bien choisir les actions achetées dans un PEA ou Compte-Titres par exemple, il est intéressant d’utiliser des outils de sélection, appelés stock/market screener. Il ne s’agit en fait que de bases de données permettant d’appliquer des critères financiers à la recherche, de filtrer la masse d’actions afin de ne retenir que celles qui collent au mieux à la stratégie établie.

#8 – Performances et Heat Maps

heatmap outils trading

Dans le même esprit que le paragraphe précédent, les représentations visuelles comme les heatmaps peuvent être intéressantes. Ces outils rendent très faciles et rapides les analyses comparatives, les classements sur une période donnée de divers marchés, secteurs, actifs, indices boursiers mondiaux, etc.

En voici quelques-uns:

https://finviz.com/map.ashx
https://finviz.com/groups.ashx
http://www.barchart.com/stocks/heatmap.php
http://www.stockmapper.com

#9 – Un ami bien placé / Insider trading

Votre ami s’appelle Mario Draghi? Super, soutirez-lui des infos! Votre cousin est DG d’une entreprise qui s’apprête à annoncer des résultats désastreux alors que pas plus tard que la semaine dernière la presse économique encensait cette pépite française? Excellent, profitez de l’euphorie pour tout vendre! Délits d’initiés?! Peu importe! Qui le saura? Vous êtes un fonds? une société de gestion de portefeuille? vous traitez des millions? NON, vous n’êtes qu’un petit boursicoteur, un trader indépendant qui essaie de s’en sortir, personne n’ira vous chercher des noises!

#10 – Bible

bible

Pour ceux qui perdent de manière récurrente et persistent ou plutôt s’entêtent à continuer de perdre sans en tirer les leçons, sans arrêter le trading, sans se former correctement, la Bible devient un élément incontournable. Cher trader indépendant, elle sera à tes côtés jour et nuit et tu trouveras en elle de quoi éponger tes larmes et réchauffer ton âme.

Acclamons gaiement la Parole de Dieu. Louange à Toi Seigneur Jésus.

AMEN


 

PS: si vous avez 2 minutes, merci de répondre à ce petit questionnaire

Stoic Survey

 


Conséquences du bid-ask spread

Conséquences du bid-ask spread

bidask4

Qu’est-ce que le bid-ask spread?

 

Aussi appelé bid-offer spread, c’est la différence entre le prix d’achat et le prix de vente du market-maker, c’est-à-dire celui qui fait ou publie le prix (votre broker). De manière plus classique, ces prix viennent de deux personnes différentes. Le bid (demande) est le prix le plus haut qu’un acheteur est prêt à payer. L’ask (offre) est le prix le plus bas où le vendeur est prêt à vendre.

 

En tant que trader particulier, vous allez vendre au bid et acheter à l’offre (ask).

 

En cas de doute, dites-vous que vous avez toujours le prix le moins bon quoi que vous fassiez! Vous allez acheter au plus cher et vendre au moins cher…

 

Ce bid-ask spread a plusieurs conséquences.

 

Conséquence sur l’entrée du trade

 

La conséquence immédiate de ce spread est la suivante: dès que vous entrez dans un trade, vous serez perdant.

 

Prenons l’exemple ci-dessous:
CAC40 bid 4932 – 4936 ask

bidask2

Si vous achetez 1 lot à 4936, votre perte instantanée sera de 40 EUR, car si vous voulez fermer votre position, vous devrez vendre à 4932 (sans même parler de la commission, qui peut très bien être de 10 EUR par lot, dans ce cas c’est une perte de 50 EUR immédiate).

 

Pour 10 lots achetés (ou vendus), ce sera 400 EUR de perte directe… (plus la com)

 

Rappel: Pour 1 lot de CAC40, 1 point = 10 EUR 

 

Dans le cas précédent, il faudra attendre un mouvement de marché de 4 points (dans votre sens) afin d’être neutre et de plus de 4 points avant d’être positif.

 

Vous voyez qu’un spread qui n’a l’air de rien peut vite devenir dangereux selon la taille de votre compte et le volume que vous traitez.

 

Conséquence sur le niveau du stop

 

Rappelez-vous: quoi que vous fassiez vous serez exécutés (votre ordre hein… pas vous) au pire prix!

 

Hypothèse:
Vous avez acheté un lot de CAC40 à 5100.
Vous avez placé votre stop à 5050.

 

Lorsque que le bid-ask du marché sera à [5050 – 5052], votre ordre stop sera exécuté à 5050. En effet, si vous êtes long, vous devez vendre pour fermer la position. Vous vendez alors à 5050.

 

Là encore ça n’a l’air de rien, mais attention aux spreads variables et overnight.

 

Spreads variable, fixe, overnight

bidask3

En général vous verrez le bid-ask bouger constamment. Sur certains produits, en fonction des courtiers, il peut être fixe.

 

Dans l’exemple du CAC40 précédent, la chose suivante peut très bien arriver: votre stop est à 5050, le marché est à [5052 – 5054]… Tout d’un coup le bid descend sans crier garde, l’offre restant au même niveau: [5050 – 5054]. Votre stop est touché! Puis le marché revient tranquillement à [5052 – 5054]…

 

Pour nos amis les scalpeurs, ça peut vite devenir insupportable!

 

Lorsque vous gardez des positions pour le lendemain, les bid-ask spreads doublent ou triplent la nuit… Un spread de 5 points peut très bien se transformer en 20 points à 23h.

 

Un conseil: en cas de position overnight, et si votre stop n’est pas très loin du marché… déplacez-le ou enlevez-le carrément…

 

Conséquence sur l’horizon de temps

 

Nous avons vu que dès l’entrée dans le trade nous avons une perte immédiate. Selon les produits, les spreads seront plus ou moins grands (des paires de devises exotiques par exemple). Si le produit en question a une volatilité faible, il vous faudra attendre longtemps avant d’être positif, dans le cas où le marché va dans votre sens… Un marché qui ne bouge pas, avec des spreads importants, est un calvaire absolu à traiter, notamment pour des trades court-terme.

 

Il faut donc bien avoir en tête qu’en fonction des bid-ask spreads il faut laisser le temps au marché de bouger…

 

5 pièges à éviter sur compte de trading demo

5 pièges à éviter sur compte de trading demo

by mmunier 0 Comments

 

Les comptes de trading demo peuvent être utiles afin de se familiariser avec une plateforme, s’entraîner à passer des ordres, à gérer les volumes, mettre en place les stops, tester des stratégies, etc. Cependant il y a certains pièges à éviter.

 


★ REJOINGNEZ STOIC TRADER ★

VIDEO VIP (33min): Approche professionnelle du trading

vipstoicmod0_intro_free2

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

1. Taille du compte

 

asterix_obelix

 

Très souvent, si ce n’est toujours, on vous proposera d’ouvrir un compte demo avec 25000 ou 50000 ou 100000 euros virtuels. Oui, cent mille euros. Le problème est le suivant: avec une telle somme virtuelle, vous allez vous habituer à traiter des tailles énormes, avec beaucoup de lots, beaucoup de risque… Vous pourrez éventuellement gagner beaucoup virtuellement (ou perdre beaucoup, mais il suffit alors de rouvrir un compte virtuel et recommencer). Dès lors que vous ouvrez un compte réel, souvent avec beaucoup moins d’argent, vous n’aurez plus de repères. Le trading avec 1000 euros est très différent du trading avec 50000 euros.

 

2. Exécution des ordres et conditions de marché

 

ocean

 

En compte demo, tout ira toujours bien dans le meilleur des mondes. Vos ordres seront exécutés parfaitement, normal puisque tout est virtuel, le prix est donc fixé peu importe les conditions réelles de marché. Seulement sur un compte réel, vous pouvez avoir des (mauvaises) surprises, à cause de la volatilité du marché, des gaps à l’ouverture ou overnight, des bid-ask spreads, de l’intégrité de votre broker… Il y a la qualité de l’exécution (le prix, le slippage) à prendre en compte, mais aussi la vitesse d’exécution. Un ordre stop ou limit sera en général exécuté parfaitement en demo. En conditions réelles, vous aurez parfois des différences entre le niveau de votre ordre et le prix exécuté.

 

3. Utilisation du levier

 

levier

 

En virtuel, on peut s’amuser, aucun danger. Avec un levier x300 par exemple on peut prendre des positions de mamouth et bien se marrer. On peut faire gonfler son compte virtuel très rapidement avec un peu de chance. Le pire qui puisse vous arriver: c’est de réussir à gagner avec un tel levier. Vous allez alors prendre confiance et essayer de faire la même chose avec un compte réel. Vous m’en direz des nouvelles.

 

4. Emotion et risk management

 

scared

 

Jouer avec de l’argent virtuel n’a bien sûr rien à voir avec de l’argent réel, qui plus est le votre. Les décisions que vous prenez et votre comportement lors de trades gagnants ou perdants ne seront pas du tout les mêmes. Vous ne pouvez donc pas conclure quoi que ce soit de votre capacité à trader suite à une expérience en demo. On peut prendre le poker comme exemple. Une partie de poker sans argent réel, sans votre propre argent misé, n’est plus une partie de poker, ça n’a rien à voir, la stratégie est complètement différente, les enjeux aussi. Une partie de poker virtuelle n’a aucun intérêt, à part peut-être de comprendre les règles du jeu.

 

5. Game Over

 

gameover

 

Sur un compte réel vous n’avez qu’une seule vie. Bien sûr vous pouvez alimenter votre compte comme bon vous semble, mais l’argent perdu est perdu. Vous ne pourrez pas recommencer à l’infini comme sur un compte demo. Le piège est d’enchaîner les comptes demo jusqu’à ce que vous gagniez, puis de penser que vous réussirez sur compte réel.

Comment choisir un super broker?

Comment choisir un super broker?

by mmunier 1 Comment

Comment choisir un broker super cool et pas truand?

Je ne citerai pas de broker, ne donnerai aucun nom, ne conseillerai aucune plateforme. Je laisse ça aux marchands de tapis. La plupart des brokers sont très mauvais et vont vous entuber par un moyen ou un autre. Ceci étant dit, nous n’avons pas le choix, il faut bien passer par ces intermédiaires afin de traiter certains produits.

 

CADEAU !

★ Accès immédiat à 1 vidéo VIP Stoic ★

Votre Email:

Comment les brokers se font de l’argent?

 

  • Commissions sur les transactions: fixe ou proportionnel au volume traité.
  • Frais divers et variés: dépôt ou retrait d’argent etc.
  • Bid-Ask spread: selon les produits, ce spread peut être énorme.
  • Abonnement à des produits et plateformes payants.
  • Abonnement à des prix “temps réel” au lieu de prix différés.

 

Mais le point fondamental est le suivant: plus de 90% des traders indépendants perdent sur les marchés. En tant que broker il est facile d’avoir le raisonnement suivant: “Si sur tous mes clients, 90% d’entre eux perdent, alors il suffit que je prenne le risque client à mon compte, c’est-à-dire que je ne couvre pas ses positions sur le marché, pour que je gagne dans 90% des cas”. Le travail du broker est alors de savoir si un client se trouve dans la catégorie des perdants ou celle des gagnants. Pour les clients gagnants, le broker va se couvrir sur le marché interbancaire. Par conséquent le broker a beaucoup plus de travail à fournir avec les clients gagnants. Il n’a en l’occurrence aucun intérêt à les garder, si ce n’est pour les commissions.

Vous avez d’ailleurs déjà dû entendre des histoires de traders qui, dès lors qu’ils commencent à gagner, ont des problèmes avec leur broker et finissent par en changer.

 

broker

 

Produits disponibles

Il est important de bien regarder la liste de tous les produits qu’un broker vous permet de traiter, et les conditions dans lesquelles il est possible de traiter.

  • Certains produits sont payants si l’on veut des prix en “temps réel”.
  • Vous aimez le café, le cotton, le rouble? Vérifiez la liste des produits disponibles.
  • Il n’y a pas que le forex dans la vie, vérifiez les produits qui ne sont pas des paires de devises.

 

Effet de levier

Certains brokers (la plupart en fait) vous attireront avec la possibilité de traiter avec des leviers énormes, comme x300, x500… Il mettront en avant le fait de pouvoir démarrer avec “seulement 50 ou 100 euros”. Il faut savoir que pour le broker, c’est 50 ou 100 euros dans sa poche (dans 95% des cas). Un broker sérieux conseillera plutôt 10000 euros ou plus.

Les brokers parleront aussi de marge nécessaire à l’ouverture d’une position, comme “seulement 0.5%”. Il s’agit juste d’une autre manière de parler de levier. Marge de 0.5% = 1/0.5% = levier x200.

 

Régulation

Il est évident qu’un broker situé dans un paradis fiscal ou autre région lointaine non régulée peut fermer du jour au lendemain avec votre argent en poche, sans que vous puissiez y faire quoi que ce soit.

 broker

Comparatifs de brokers

De nombreux sites vous donnent des comparatifs de brokers. Il faut savoir que ces sites gagnent des commissions si un client clique sur un lien de broker et ouvre un compte chez eux. Ces sites ne servent donc strictement à rien. Faire très attention s’ils recommandent un broker en particulier. C’est juste qu’ils ont un contrat avec eux.

Un doute? Regardez le lien internet que vous cliquez, vous verrez que l’adresse est très compliquée, avec plein de lettres et chiffres incompréhensibles: pas de doute, c’est un lien publicitaire qui fait gagner de l’argent au site qui le publie.

 

Formation de brokers

Les brokers vous apprendront à utiliser leur plateforme, à passer des ordres, etc. Très bien. Seulement ce sont, par définition, des brokers (courtiers). Ce ne sont pas des traders, ce sont des commerciaux qui vendent un produit, un service. Encore une fois, leur but est que vous deveniez un client (perdant si possible).

Si vous voulez apprendre le trading, apprenez d’un trader, avec un trader, pas d’un broker, ça n’a rien à voir. Un vendeur de ballons ou d’accessoires de foot ne vous apprend pas à jouer au foot… Un vendeur de fruits et légumes ne vous apprend pas à cuisiner.

 

Conditions de retrait de son argent

Il est en général très facile de verser de l’argent sur son compte broker. C’est souvent beaucoup plus compliqué pour le retirer: délais d’attente, somme minimum, frais de transaction, conditions farfelues… comme l’obligation de retirer d’abord la somme initialement déposée par le même mode de paiement.

Un conseil: testez toute la chaîne dépôt-trading-retrait dès le début avant de traiter des volumes plus élevés ou de simplement continuer chez un broker.

 broker

Service Client

Où se situe-t-il? Vous parlez anglais? Ils parlent français? Ils sont joignables à tout moment?

 

Réputation?

On a vu ce qu’il s’est passé avec le franc suisse… Des brokers qu’on croyait sérieux, régulés de partout, etc. se sont fait déglinguer! Alors je n’ai absolument aucun conseil à donner à ce niveau là…

Mec, n’explose pas ton compte de trading…

Mec, n’explose pas ton compte de trading…

by mmunier 1 Comment

 

Explosion compte de trading

Photo by Andrew Kuznetsov

★ REJOINGNEZ STOIC TRADER ★

VIDEO VIP (33min): Approche professionnelle du trading

vipstoicmod0_intro_free2

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Chers amis,

J’ai lu beaucoup de livres et de blogs et écouté de nombreux “experts” me dire Comment gagner 10 000 eur/mois» et me parler de « L’analyse technique » et «Comment devenir un bon trader» et «Tout ce que vous devez savoir sur…» et blablabla… Je suis sûr que vous savez de quoi je parle et que vous en avez vous aussi lu beaucoup. Je dirais que c‘est une bonne chose quand on débute, pour apprendre un peu, avoir des idées Mais cette masse d’information est totalement inutile si vous n’avez pas une bonne gestion de votre argent, votre compte, des règles à suivre. L’analyse technique et les centaines d’indicateurs qui existent ne servent à rien.

90% des traders “indépendants” perdent de l’argent. C’est un fait. Un grand nombre d’études sérieuses ont été publiées sur ce sujet. Cela s’appelle des statistiques. Je vous invite à jeter un oeil sur le rapport AMF qui est sorti en octobre 2014:

Étude des résultats des investisseurs particuliers sur le trading de CFD et de Forex en France

Permettez-moi de vous donner mon sentiment personnel et de partager quelques pensées avec vous.

  • Les comptes de trading démo sont inutiles: jusqu’à ce que vous jouiez avec de l’argent réel, vous n’avez pas joué. Utiliser un compte demo ne vous donnera que de très mauvaises habitudes. Plus vous passerez de temps dessus, plus vous perdrez de l’argent sur les comptes réels.

  • Levier de 1: 500? Vous serez dans la rue en peu de temps. Déjà avec un levier x10 vous avez de quoi faire…
  • Vous voulez être millionnaire avec 100 euros? Bon courage.  Qu’est-ce qu’il se passe quand on débute avec une petite somme? Eh bien c’est simple la seule façon de faire du pognon est d’avoir un levier de mamouth! Ce qui signifie risque démesuré, ce qui signifie que vous sauterez en peu de temps. Ensuite vous envoyez un autre virement de 500 euros… et vous perdez tout, encore et encore, et encore Je vous l’avoue, j’ai essayé cette méthode à quelques reprises: mettre quelque chose comme 100 ou 200 euros dans un compte de trading, avec un levier de malade, en me disant que ce n’est qu’une centaine d’euros, je peux me permettre de perdre, je tente le coup, qui sait, je vais peut-être faire tout péter…” Seulement dans la plupart des cas vous perdez tout à un moment ou un autre (expérience perso). Et si vous vous faites de l’argent alors... à un moment donné va falloir abaisser votre levier car il arrivera un moment où vous verrez pointer à l’horizon votre “trade du siècle… vous savez, celui dont vous êtes sûr à 100%… vous misez comme un boeuf et boum! Au revoir! Alors je n’ai pas de capital de départ minimum à vous donner. 1000 euros? 5,000? 10,000? Cela n’est bien sûr pas un gage de succès. Vous pouvez très bien perdre 25,000 euros en une semaine…
  • Plus vous êtes confiants, plus vous allez perdre. Questionnez toujours votre confiance. Savez-vous plus que le marché ?! (si oui s’il-vous-plaît appelez-moi, je suis prêt à vous tailler une ***bip*** pour cette info)
  • Les brokers ne sont pas là pour vous aider, ne les écoutez jamais, ne suivez jamais leurs conseils, ils veulent juste que vous passiez des ordres et sucer tout votre argent. Bien sûr, ils vont vous dire le contraire et vous dire de “bien gérer votre risque” Bien sûr, vous ne pouvez pas trader sans eux Ne vous abonnez jamais à leurs analyses quotidiennes ou autre… Ayez votre propre analyse, soyez indépendants. N’hésitez pas à tester différents courtiers sur comptes RÉELS. Les spreads sont toujours pires en live.
  • Avoir une bonne gestion du risque ne signifie pas avoir des stop-loss serrés. Cela dépend du volume traité, de la taille de votre compte, de la volatilité du produit... Un des rares indicateurs techniques que j’aime bien par exemple c’est l’ATR (Average True Range). Simple et très utile. Si l’ATR journalière est de 50 pips, pouvez-vous gérer un mouvement de 50 pips sur un jour sans vous faire ******? Savez-vous même combien vous allez perdre? Réduisez la taille de votre trade afin de mettre un stop à 60 pips ou plus. Si vous ne pouvez pas, trouvez une autre idée de trade. C’est juste un exemple, mais vous avez compris.

 

Joyeux trades à tous, au moins 10% d’entre vous…….

Laissez vos commentaires là juste en bas…